#8 FolklorePortrait

01_Lidewij-Edelkoort

 Follement
amoureuse
de la
   nature

Fondatrice de la revue Bloom - le premier magazine artistique analysant les principales tendances dans le monde de l’horticulture – Lidewij Edelkoort peut prétendre à juste titre être une experte dans la manière de célébrer la beauté de la nature. Pénétrons dans le monde savoureux de ses pensées ! Un portrait florissant de Li Edelkoort, l’une des plus grandes analystes de tendances de notre époque_______.

Voir l’avenir

Prévoir les tendances n’est pas aussi simple qu’on pourrait le penser. Il s’agit d’identifier et d’analyser le comportement futur des consommateurs, les styles de vie de demain et les tendances dans l’économie. Faire des projections sur la mode, prédire les couleurs, les tendances de la décoration intérieure et les nouveautés florales. Un analyste de tendances ne peut pas voir l’avenir dans une boule de cristal. Il s’agit de détecter la naissance de nouvelles idées dans la société, dans les objets existants (un tissu intriguant, un arrangement astucieux d’objets, une forme isolée, une nouvelle combinaison de couleurs dans la rue, etc.) et de réaffecter ou recombiner ensuite ces éléments pour désigner une vision.

03 Lidewij Edelkoort
04 Lidewij Edelkoort
0 _Lidewi -Edelkoort
06 Lidewij Edelkoort
07 Lidewij Edelkoort
08 Lidewij Edelkoort

Photocredit: Liliroze, Amira Fritz, Marie Taillefer et Lucas Golen

09_Lidewij-Edelkoort

Sélection de plantes

Hibiscus, Eustoma, Dahlia, Agapanthus, Cactus, Cordyline, Pivoine, Ligustrum, Phoenix, Crocosmia, L'Amarante, Strelizia, Tulip

Voir l’avenir

Prévoir les tendances n’est pas aussi simple qu’on pourrait le penser. Il s’agit d’identifier et d’analyser le comportement futur des consommateurs, les styles de vie de demain et les tendances dans l’économie. Faire des projections sur la mode, prédire les couleurs, les tendances de la décoration intérieure et les nouveautés florales. Un analyste de tendances ne peut pas voir l’avenir dans une boule de cristal. Il s’agit de détecter la naissance de nouvelles idées dans la société, dans les objets existants (un tissu intriguant, un arrangement astucieux d’objets, une forme isolée, une nouvelle combinaison de couleurs dans la rue, etc.) et de réaffecter ou recombiner ensuite ces éléments pour désigner une vision.

Identifier une tendance est un processus continu de construction, une série d’observations caractérisées par la curiosité, la modélisation, la collecte d’informations et l’intuition. Je crée ainsi en quelque sorte des archives personnelles. Une fois l’idée arrivée à saturation, elle se révèle d’elle-même, bien qu’elle puisse aussi être déclenchée par une seule image. Prévoir les tendances est comparable à l’archéologie en ce sens que cela consiste à collecter et interpréter des fragments d’information », explique Li Edelkoort (red. Designboom). Consultée par les plus grandes marques mais aussi par les petits créateurs indépendants, ce serait un euphémisme de dire que l’influence de Li Edelkoort est de grande portée. La prévision des tendances par Lidewij est « la Bible » de nombreux départements de création de produits —le cadre de référence pour le développement de nouveaux concepts, de nouvelles formes, nuances et modifications dans la création d’emballages.

« GARDIENS VULNÉRABLES DE LA TERRE NOUS PARTAGEONS LA PLANÈTE AVEC NOS PLANTES ET NOS ARBRES_______. »

Humble fleur

Lidewij a été citée par Time Magazine comme figurant parmi les personnes les plus influentes. Wallstreet Journal, ainsi que le New York Times, a écrit sur elle. Le journal de design en ligne Designboom l’a qualifiée de visionnaire. Mais Li Edelkoort fait preuve de beaucoup plus d’humilité. Elle a déclaré lors d’une interview à Linda Tischler que les gens pensaient qu’elle était un peu mystique ou sorcière. « Mais en réalité, je ne fais qu’observer attentivement. Ensuite, j’ose dire ce que je pense. »

09_Lidewij-Edelkoort

Sélection de plantes

Hibiscus, Eustoma, Dahlia, Agapanthus, Cactus, Cordyline, Pivoine, Ligustrum, Phoenix, Crocosmia, L'Amarante, Strelizia, Tulip

10 Lidewij Edelkoort
11 Lidewij Edelkoort
12 Lidewij Edelkoort
13 Lidewij Edelkoort
14 Lidewij Edelkoort
15 Lidewij Edelkoort

Photocredit: Liliroze, Doswell et McLean, Jasmin Storch et Ruy Teixeira

Humble fleur

Lidewij a été citée par Time Magazine comme figurant parmi les personnes les plus influentes. Wallstreet Journal, ainsi que le New York Times, a écrit sur elle. Le journal de design en ligne Designboom l’a qualifiée de visionnaire. Mais Li Edelkoort fait preuve de beaucoup plus d’humilité. Elle a déclaré lors d’une interview à Linda Tischler que les gens pensaient qu’elle était un peu mystique ou sorcière. « Mais en réalité, je ne fais qu’observer attentivement. Ensuite, j’ose dire ce que je pense. »

« GARDIENS VULNÉRABLES DE LA TERRE NOUS PARTAGEONS LA PLANÈTE AVEC NOS PLANTES ET NOS ARBRES_______. »
Portrait of a flower

Portrait d’une fleur

Et c'est ce qu’elle fait. « Un bon portrait ouvre l’esprit », a déclaré Lidewij Edelkoort dès la première phrase de son journal des tendances automne/hiver 2018/2019. Les portraits peuvent même se cacher dans une fleur. « Les fleurs ont plus d’endurance que n’importe quoi d’autre. Elles sont un élément indissociable des portraits dans de nombreuses cultures. Vue comme un symbole, un personnage ou un emblème, la fleur elle-même est souvent le sujet de peintures. Encadrant un visage ou décorant un décolleté, les éléments botaniques parfumés aux teintes douces sont comme des fourrures, des plumes ou des bijoux, embellissant le modèle et apportant une certaine élégance naturelle au sujet en présence. Sur le rebord d’un chapeau, sur l’ourlet d’une robe ou en tant que motifs parsemés, les fleurs semblent flotter avec délicatesse. Des teintes d’hortensias décolorés expriment la fin de l’été, juste avant que les fleurs affrontent l’automne. »

Le royaume des plantes

Pour Edelkoort, les fleurs donnent une dimension supplémentaire à la relation émotionnelle que recherche le grand public. Elle a fondé Bloom Magazine en 1998 en tant que revue culte qui l’a aidée à offrir au public une autre vision des fleurs. Abordant le monde des fleurs dans le cadre d’un espace culturel plus vaste englobant l’art, la création, l’art culinaire et la beauté, elle ouvre une fenêtre sur une vision entièrement nouvelle de la nature. Du symbolisme des fleurs aux cycles saisonniers de la mort et de la renaissance, des soins de beauté homéopathiques aux fleurs comestibles, le royaume des plantes est le point de départ de la plus grande partie de l’expérience humaine. La fleur est comme une quête de nouvelle compréhension de la nature. S’adressant à tous les niveaux de la branche, des créateurs d’hybrides aux cultivateurs, acheteurs, distributeurs, revendeurs et fleuristes, c’est une nouvelle voix qui est prêtée à l’horticulture.

Portrait of a flower

Un bouquet sauvage

« Les fleurs dominent mes présentations de tendances depuis 1987. Cette tendance est si violente, si puissante et si étroitement liée à la mode que je ne peux jamais l’ignorer. Mais les fleurs ne se contentent plus d’être seulement de belles fleurs. Elles veulent dépasser l’esthétique. Rendre tout plus sauvage. Plus fou. Les buissons et arbres deviennent des ateliers de découpe, les feuilles des buissons veulent être mises dans des vases et les fleurs être plantées comme des buissons. Pour les plantes, cela vaut également pour les grands palmiers et bananiers. Je suis également fatigué des bouquets monochromes. Nous voulons maintenant des bouquets très mélangés, comme si nous les avions cueilli nous-mêmes, une par variété. Et après un bouquet champêtre, vous pouvez aussi aimer un bouquet forestier. Un beau bouquet sauvage avec un style délirant. Les fleurs ne veulent plus être prises au sérieux. Commencez à combiner des choses qui ne vont pas ensemble ! »

17 Lidewij Edelkoort
18 Lidewij Edelkoort
19 Lidewij Edelkoort
20 Lidewij Edelkoort

Photocredit: Rogerio Cavalcanti, Daniel Pipe, Simon Procter et Sabine Pigalle

« TOUT COMME LES ROMANTIQUES, LES GENS RETOMBENT FOLLEMENT AMOUREUX DE LA NATURE, DOMINÉS PAR SA MAGNITUDE_______. »

Le bonheur des plantes

Son amour pour les fleurs et les plantes est profondément enraciné dans son cœur. Les fleurs n’ont cessé de jouer depuis 1987 un rôle majeur dans ses présentations de tendances. Comme une façon personnelle de célébrer la vie, avec en 2012 une présentation dans laquelle la planète et tout ce que nous y trouvons sert de source d’inspiration. Un manifeste visant à combiner la beauté et la puissance de la nature et à rétablir le respect que nous lui devons. « Une analyse de la terre et de toutes ses composantes crée une débauche d’idées à traduire dans les formes, les matériaux et les couleurs. Notre relation avec la nature devient une relation par laquelle non seulement nous prenons mais nous donnons aussi et prenons soin les uns des autres. En tant que gardiens vulnérables de la terre, nous partageons la planète avec nos plantes et nos arbres. Nous faisons l'expérience d’une forme profonde d’écologie, qui englobe l’être humain comme une autre espèce en danger d'extinction », a-t-elle proclamé.

Passionnée

Ceux qui la suivent depuis des années savent que Lidewij est une femme énergique et inspirée qui se bat pour une bonne cause. Elle influence son public, presque à la façon d’une activiste. Pour la nature, pour la planète avec le manifeste « Earth matters » et récemment pour un nouveau système dans la mode. Le manifeste anti-mode. « Tout devient moins cher, toujours moins cher. « Leur crime reste impuni. » Oui, c'est ainsi que je vois les choses. Parce que les vêtements deviennent aussi bon marché qu’un croissant. Mais cela m’amène à réfléchir à la chaîne de production. Le coton est d’abord semé, puis cultivé, récolté, peigné, filé, tissé, fini, emballé, transporté, déballé, passé à la vapeur et dans le meilleur des cas pendu. Comment tout cela est-il possible à un prix aussi bas ? Si vous faites la somme de toutes les opérations de la filière, il n’est pas possible qu’un vêtement puisse être vendu que quelques euros. Le consommateur adore les petits prix et n’est pas encore prêt à les boycotter. J’appelle à un prix minimum imposé pour les T-shirts, slips et autres. Cela ne peut tout simplement pas durer. »

Transnature

« Les gens sont ornés par la nature comme s’il s’agissait de vêtements ; nous voyons l’arrivée des plantes sur le devant de la scène comme une importante illusion d’habillage, d’enlacement du corps par ses tiges tenaces. Les feuilles deviennent des gaines, les pétales des bonnets, les corolles de fleurs des jupes et les plantes grimpantes des bijoux envahissants mais exquis. Une rêverie victorienne voit le jour lorsque le monde botanique intervient et un mode de vie organique se prépare », selon Lidewij Edelkoort. Non seulement des biens de consommation organiques mais aussi un système holistique de connectivité avec l’instinct de survie. « Tout comme les romantiques, les gens retombent follement amoureux de la nature, dominés par sa magnitude, réduits au silence par ses sons, minimisés par son fonctionnement. Avec cette conscience intime de dépendre les uns des autres_______. »

« TOUT COMME LES ROMANTIQUES, LES GENS RETOMBENT FOLLEMENT AMOUREUX DE LA NATURE, DOMINÉS PAR SA MAGNITUDE_______. »

Le bonheur des plantes

Son amour pour les fleurs et les plantes est profondément enraciné dans son cœur. Les fleurs n’ont cessé de jouer depuis 1987 un rôle majeur dans ses présentations de tendances. Comme une façon personnelle de célébrer la vie, avec en 2012 une présentation dans laquelle la planète et tout ce que nous y trouvons sert de source d’inspiration. Un manifeste visant à combiner la beauté et la puissance de la nature et à rétablir le respect que nous lui devons. « Une analyse de la terre et de toutes ses composantes crée une débauche d’idées à traduire dans les formes, les matériaux et les couleurs. Notre relation avec la nature devient une relation par laquelle non seulement nous prenons mais nous donnons aussi et prenons soin les uns des autres. En tant que gardiens vulnérables de la terre, nous partageons la planète avec nos plantes et nos arbres. Nous faisons l'expérience d’une forme profonde d’écologie, qui englobe l’être humain comme une autre espèce en danger d'extinction », a-t-elle proclamé.

Passionnée

Ceux qui la suivent depuis des années savent que Lidewij est une femme énergique et inspirée qui se bat pour une bonne cause. Elle influence son public, presque à la façon d’une activiste. Pour la nature, pour la planète avec le manifeste « Earth matters » et récemment pour un nouveau système dans la mode. Le manifeste anti-mode. « Tout devient moins cher, toujours moins cher. « Leur crime reste impuni. » Oui, c'est ainsi que je vois les choses. Parce que les vêtements deviennent aussi bon marché qu’un croissant. Mais cela m’amène à réfléchir à la chaîne de production. Le coton est d’abord semé, puis cultivé, récolté, peigné, filé, tissé, fini, emballé, transporté, déballé, passé à la vapeur et dans le meilleur des cas pendu. Comment tout cela est-il possible à un prix aussi bas ? Si vous faites la somme de toutes les opérations de la filière, il n’est pas possible qu’un vêtement puisse être vendu que quelques euros. Le consommateur adore les petits prix et n’est pas encore prêt à les boycotter. J’appelle à un prix minimum imposé pour les T-shirts, slips et autres. Cela ne peut tout simplement pas durer. »

Transnature

« Les gens sont ornés par la nature comme s’il s’agissait de vêtements ; nous voyons l’arrivée des plantes sur le devant de la scène comme une importante illusion d’habillage, d’enlacement du corps par ses tiges tenaces. Les feuilles deviennent des gaines, les pétales des bonnets, les corolles de fleurs des jupes et les plantes grimpantes des bijoux envahissants mais exquis. Une rêverie victorienne voit le jour lorsque le monde botanique intervient et un mode de vie organique se prépare », selon Lidewij Edelkoort. Non seulement des biens de consommation organiques mais aussi un système holistique de connectivité avec l’instinct de survie. « Tout comme les romantiques, les gens retombent follement amoureux de la nature, dominés par sa magnitude, réduits au silence par ses sons, minimisés par son fonctionnement. Avec cette conscience intime de dépendre les uns des autres_______. »

Texte :
Nancy Berendsen

Photographie :
Grâce à: Lucas Golen, Daniel Pype, Evan Beth, Jasmin Storch, Milliroze, Marie Taillefer, Rogerio Calvalcanti, Ruy Teixeira, Sabine Pigalle, Simon Procter, Doswell et McLean, Amira Fritz.