#4 Beauté historique

Beauté
 philosophique

Trois interprétations intéressantes du tableau d’un ancien maître suédois, spécialement réalisées pour The Green Gallery. Regardez, profitez et surtout perdez-vous dans leur beauté naturelle_______.

Portrait d’une dame en rose, Einar Jolin, 1939.

Einar sur son œuvre : « La nature est superbe lorsqu’elle est vue et comprise par un grand homme et un grand homme sent et voit toujours quelques chose de spécial dans la nature, quelque chose qu’il a envie de reproduire. À travers mon art, je souhaite exprimer ce que je vois lorsque je me concentre et m’appesantis sur la vie qui m’entoure. L’homme a donné un nom à tout ce qui l’entoure dans sa vie et trouve tout cela si évident qu’il n’en voit plus le côté merveilleux. L’art est pour moi une façon de donner forme aux miracles de la création, de créer beauté et harmonie, de savoir hisser un spectateur réceptif au-delà de la trivialité de la vie quotidienne pour qu’il accède à la beauté dans laquelle nous vivons et pénètre dans l’impénétrable. Si j’y parviens, ma vie n’aura pas été vaine. »

Artiste suivant >

Einar Jolin

Einar Jolin (7 août 1890 – 29 août 1976) était un peintre suédois connu pour son style expressionniste décoratif et quelque peu naïf. Il fut un défenseur pacifique, bien qu’un peu prétentieux, de la pureté artistique, de la simplicité des lignes et de la clarté des espaces, un poète des formes douces. Il aimait aller à contre-courant. La marque artistique d’Einar Jolin se manifestait dans son admiration éternelle du beau, qu’il recherchait et trouvait dans les paysages, les plantes, les fleurs, les animaux, les femmes, les étoffes, les objets et surtout la beauté de la nature_______.

Portrait d’une dame en rose (Einar Jolin, 1939)

@_ofresia

« Mon œuvre est basée sur la relation entre la photographie et la peinture car la peinture a toujours été ma plus grande source d’inspiration. Mon travail consiste à traduire la peinture en photographie, à en recréer la composition et les couleurs. C’est pourquoi cela m’a fait aussi plaisir d’être inspirée par le tableau « Portrait d’une dame en rose » d’Einar Jolin. J’adore cette peinture. J’ai au début tenté de rester fidèle à l’original avant d’introduire plus tard l’utilisation de miroirs puis, dans une postproduction, de créer des collages numériques. »

Monia Merlo

@_ofresia

Née en 1970 en Italie, dans une petite ville proche de Venise. Ses photos sont inspirées de la littérature, de la poésie, de la nature et de ses sentiments les plus intimes. Elles sont un moyen de créer, rechercher et développer une œuvre en constante évolution, mais aussi une façon d’illustrer, par des corps de femmes fragiles, la quête de sa propre identité par l’artiste. Son œuvre est représentée par Art + Commerce New York et Sakura Gallery à Paris.

« J’AIME À PENSER QUE LES FEMMES DE MES PHOTOS VIVENT SEULES DANS UN JARDIN SECRET. »

Jardins secrets

Monia : « J’ai appris à aimer les jardins, leur beauté changeante, scintillant au rythme des saisons. Je suis fascinée par la nature du jardin qui nous entoure et nous protège de l’extérieur. Il nous préserve. On entre dans un jardin en silence et avec respect, conscient qu’il s’agit de ne rien piétiner, que les fleurs ne doivent pas être déracinées. Un jardin est un espace de silence et de contemplation, presque un lieu sacré. J’aime à penser que les femmes de mes photos vivent seules dans un « jardin secret », un espace clos et protégé que nous ne pouvons approcher qu’avec précaution et patience. Et il faut faire usage de patience et de précaution avec les femmes dont je fais le portrait pour qu’elles osent parler d’elles-mêmes. Elles n’extériorisent pas leurs sentiments mais préfèrent les chuchoter, entre ombre et lumière, ne nous autorisant qu’à les entrevoir, furtivement, dans le jeu silencieux des feuilles et des fleurs. J’aime utiliser les fleurs et les plantes dans mes images car leur délicate structure me permet une allusion discrète au monde intérieur de mes protagonistes. Mais même sans jardin, ce monde peut surgir de l’intérieur, presque comme une fleur qui se matérialise soudain sur le corps svelte de mes muses pour les protéger. L’endroit spirituel où elles se sentaient en sécurité se transforme alors et fleurit dans l’espace physique inhabité de leurs corps. »

Mes plantes préférées

« J’aime de nombreuses plantes mais ma préférée est sans aucun doute la pivoine : fragile, délicate et élégante, elle me rappelle ma muse, mais je l’aime surtout parce qu’elle symbolise l’éphémère. Elle n’est belle qu’un instant. Parmi mes fleurs préférées, la rose arrive en premier et je la cultive dans mon jardin. »

Artiste suivant >

Casting plantes

Monstera
Pivoine

Texte
Rosanne Loffeld

Photos et
conception
Monia Merlo

Vidéo
Ricoproduct

Coiffure et maquillage
Ilvaria Baggio

Modèle
Beatrice Slaviero

Texte
Rosanne Loffeld

Photos et
conception
Monia Merlo

Vidéo
Ricoproduct

Coiffure et maquillage
Ilvaria Baggio

Modèle
Beatrice Slaviero

Casting plantes

Monstera
Pivoine

Portrait d’une dame en rose (Einar Jolin, 1939)

@ hugo_thomassen

Hugo : « Le tableau d’Einar Jolin (Portrait d’une dame en rose) n’a pas beaucoup de profondeur mais sa composition est magnifique de subtilité. Nous avons fait quatre interprétations contemporaines de cette image. Les fleurs et feuilles populaires dans les années trente ont été utilisées ici en toile de fond. Avec peu de profondeur, comme dans le tableau. En ce qui concerne l’esthétique, une importance particulière a été donnée à la subtilité de la structure, aux couleurs douces et aussi à la mode des années trente (comme les manches bouffantes et le petit col relevé). Les touches légères de pinceau dans le visage de la femme reviennent également dans le maquillage. Un portrait d’aujourd’hui, avec les caractéristiques de la peinture d’origine. »

Hugo Thomassen

@hugo_thomassen

Hugo Thomassen a étudié la photographie à l’académie des beaux-arts de Maastricht. Il travaille depuis 2001 en tant que photographe indépendant spécialisé dans l’art, la mode et le portrait. Il est inspiré et fasciné par les formes et la lumière. Basé à Maastricht, il travaille avec la styliste Miranda Reijnders et la visagiste Erika Nuijten pour des magazines et des marques nationales et internationales.

THERE, INSIDE THE GARDEN THEY KISSED AND THE SUN ROSE AND HE WALKED A LITTLE FURTHER AND HE FOUND HE WAS ALONE

The Garden / PJ Harvey

L’amour du vert

Hugo : « Nous avons déménagé pour Maastricht il y a cinq ans. Nous voulions une maison avec un jardin, et ce n’est pas évident dans une ville. Un ami nous a déniché une maison en dehors de Maastricht, près du château Vaeshartelt, la résidence secondaire de la famille Ragout. C’était le décor de notre future maison : un environnement boisé et une grande allée bordée d’arbres. Avant même d’avoir vu la maison, je sentais que tout allait bien se passer. Et il en fut ainsi. Une maison magnifique avec un grand jardin donnant sur les vignobles de Vaeshartelt. Nous nous y sommes tout de suite sentis très à l’aise. Chaque jour, nous nous promenons avec nos chiens dans le domaine de Vaeshartelt, avec ses tilleuls, châtaigniers et hêtres séculaires. Ils s’élancent haut dans les airs et, au printemps, des fleurs sauvages et des arbustes poussent à leurs pieds. Un spectacle des plus magnifiques. C’est surtout à la lumière du soir que je vois les plus belles images dans la nature, quelle que soit la saison. Et chaque saison offre un spectacle différent. »

Plante préférée

Magnolia
Pivoine Sarah Bernardt

Artiste suivant >

Casting plantes

Monstera
Pivoine Sarah Bernardt
Hydrangea microphyla
Rose
Hortensia
Dianthus
Alchemilla
Boule de neige
Asclepia

Photographie et direction artistique
Hugo Thomassen

Esthétique, coiffure et maquillage
Miranda Reijnders Erika Nuijten pour Shu Uemura @Angeliquehoorn Management

Modèle
PienSwart @Touchemodels

Fleurs et feuilles
PierreVeugen @DeRozengaard

Texte
Adrienne Peters et Rosanne Loffeld

Photographie et direction artistique
Hugo Thomassen

Esthétique, coiffure et maquillage
Miranda Reijnders Erika Nuijten pour Shu Uemura @Angeliquehoorn Management

Modèle
PienSwart @Touchemodels

Fleurs et feuilles
PierreVeugen @DeRozengaard

Texte
Adrienne Peters et Rosanne Loffeld

Casting plantes

Monstera
Pivoine Sarah Bernardt
Hydrangea microphyla
Rose
Hortensia
Dianthus
Alchemilla
Boule de neige
Asclepia

Portrait d’une dame en rose (Einar Jolin, 1939)

@saarmanche

Saar : « Le titre du tableau est lady in pink, j’ai photographié ma fille. Elle n’est plus une enfant mais n’est pas encore une femme. Elle à un âge intriguant. Le rouge à lèvres accentue cette tension. <br/>En arrière-plan, j’ai créé un motif de feuilles exotiques. Une sorte de papier peint en éventail des années trente. J’ai voulu traduire la tension entre la routine quotidienne (le connu) et l’exotique (l’inconnu) perceptible dans la peinture en champ de tension entre l’enfance (le connu) et la route qui conduit à l’âge adulte (l’inconnu). »

Saar Manche

@saarmanche

Saar Manche est photographe et illustratrice et vit à La Haye aux Pays Bas. Elle a étudié l’histoire et la muséologie mais fait aujourd’hui ce qu’elle a toujours aimé faire par-dessus tout : immortaliser de petits moments particuliers de la vie quotidienne dans des photos et illustrations pour son blog saarmanche.nl.

Saar : « Le titre du tableau est lady in pink, j’ai photographié ma fille. Elle n’est plus une enfant mais n’est pas encore une femme. Elle à un âge intriguant. Le rouge à lèvres accentue cette tension. <br/>En arrière-plan, j’ai créé un motif de feuilles exotiques. Une sorte de papier peint en éventail des années trente. J’ai voulu traduire la tension entre la routine quotidienne (le connu) et l’exotique (l’inconnu) perceptible dans la peinture en champ de tension entre l’enfance (le connu) et la route qui conduit à l’âge adulte (l’inconnu). »

« LE MONSTERA EST POUR MOI UN SOUVENIR DU PASSÉ, LORSQUE NOUS EN AVIONS UN DANS LE SALON. »

Saar : « Ma mère (également illustratrice) était une grande admiratrice de Carl Larsson. Notre maison respirait cette atmosphère particulière. Nous y avions des fresques murales de plantes et fleurs. C’est à seize ans que j’ai réalisé ma première peinture murale, dans ma chambre. Une vigne qui grimpait dans le coin au-dessus de la porte.
Nous avions toujours beaucoup de plantes dans la maison qui étaient toujours reproduites par bouture. Elles ont pour moi toujours eu une grande valeur décorative et introduisent un sentiment de vie dans une pièce silencieuse. C’est pour cette raison que les plantes reviennent souvent dans mes illustrations. J’aime le calme et la sérénité dans les illustrations, mais toujours avec de la vie. L’utilisation des plantes apporte cet élément vivant.J’en ai toujours beaucoup à la maison. Elles reflètent souvent des souvenirs ou une ambiance particulière. Après notre voyage en Californie, j’ai par exemple acheté un gros cactus en souvenir des grands espaces vides du désert. Le monstera est pour moi un souvenir du passé, lorsque nous en avions un dans le salon.

Les plantes apportent de la vie, du calme et de l’ambiance dans la maison. Il faut les soigner et l’arrosage, par exemple, est source de tranquillité. Ma benjamine aime m’aider dans ces moments. En écrivant ces lignes, je la vois comme si elle était là. Un enfant qui arrose des plantes, la position, la concentration. Nouvelles illustrations ?_______. »

Ma plante préférée

« Difficile de choisir… »
Le monstera symbolise la robustesse
Le ficus elastica apporte couleur et calme
L’hortensia c’est pour la couleur dans le jardin
Le palmier pour l’ambiance des lointains voyages

Artiste suivant >

Casting plantes

Monstera
Ficus elastica
Pachira
Feuilles de palmier

Texte
Rosanne Loffeld

Photographie
Saar Manche

Texte
Rosanne Loffeld

Photographie
Saar Manche

Casting plantes

Monstera
Ficus elastica
Pachira
Feuilles de palmier