#3 Interview

L’admirable
et confuse dissonance

de l’imperfection

Ses photos saisissent l’intimité, la beauté tranquille et l’aventure simple. Son blog Local Milk est l’un des plus étonnants blogs consacrés au style de vie qu’il nous ait été donné de voir. Découvrez le sacré dans les ombres et les lumières fauves de l’univers floral fantastique et prosaïque de Beth Kirby_______.

Quelle est votre source d’inspiration ?

Beth : «La nature dans toute sa beauté. Habitant dans les montagnes des Appalaches au Tennessee, mon travail et ma vie sont inspirés par l’imperfection, la banalité, l’envie de voyager, l’art de vivre slow, la nourriture durable, la fraîcheur des fleurs et la lumière. Lorsque je ne suis pas derrière les fourneaux, l’objectif ou le clavier, je ratisse le plus souvent les marchés campagnards et marchés aux puces à la recherche d’inspiration ou je cuisine pour des amis, chez eux ou chez moi»

Quel est votre plus ancien souvenir de fleurs ?

Beth :«Ma mère cultivait une petite parcelle de tulipes et je me souviens l’avoir jadis aidée, mais je n’ai jamais été une jardinière passionnée et n’ai jamais eu la main verte ; Je plaisante en disant que c'est la raison pour laquelle je suis une fan de la ferme car j’ai besoin de ces structures étant moi-même incapable de faire pousser quoi que ce soit.»

Nous sommes très curieux de la région où vous vivez, le Tennessee, pouvez-vous nous donner des détails sur cet endroit si spécial pour vous ? Vous mentionnez dans votre site Web qu’il s’agit d’un "lieu brisé, dont la richesse réside dans cette fracture même

Beth : «Le sud a une histoire mouvementée faite de beaucoup de richesses mais aussi d’odieuses injustices. Erreurs, peine et dévastation débouchent sur un enrichissement chez la personne ou le lieu une fois la réparation opérée. Je pense que ce qui a été brisé, utilisé et réparé est toujours plus beau que ce qui est neuf et parfait car cela donne du caractère.»

Quelle est votre source d’inspiration ?

Beth : «La nature dans toute sa beauté. Habitant dans les montagnes des Appalaches au Tennessee, mon travail et ma vie sont inspirés par l’imperfection, la banalité, l’envie de voyager, l’art de vivre slow, la nourriture durable, la fraîcheur des fleurs et la lumière. Lorsque je ne suis pas derrière les fourneaux, l’objectif ou le clavier, je ratisse le plus souvent les marchés campagnards et marchés aux puces à la recherche d’inspiration ou je cuisine pour des amis, chez eux ou chez moi»

Quel est votre plus ancien souvenir de fleurs ?

Beth :«Ma mère cultivait une petite parcelle de tulipes et je me souviens l’avoir jadis aidée, mais je n’ai jamais été une jardinière passionnée et n’ai jamais eu la main verte ; Je plaisante en disant que c'est la raison pour laquelle je suis une fan de la ferme car j’ai besoin de ces structures étant moi-même incapable de faire pousser quoi que ce soit.»

Nous sommes très curieux de la région où vous vivez, le Tennessee, pouvez-vous nous donner des détails sur cet endroit si spécial pour vous ? Vous mentionnez dans votre site Web qu’il s’agit d’un "lieu brisé, dont la richesse réside dans cette fracture même

Beth : «Le sud a une histoire mouvementée faite de beaucoup de richesses mais aussi d’odieuses injustices. Erreurs, peine et dévastation débouchent sur un enrichissement chez la personne ou le lieu une fois la réparation opérée. Je pense que ce qui a été brisé, utilisé et réparé est toujours plus beau que ce qui est neuf et parfait car cela donne du caractère.»

DIY 1

Si vous souhaitez savoir étape par étape «Comment tresser une couronne de fleurs», consultez le site : https://steller.co/s/3W29qeWSTrs.

«J’adore cuisiner avec le chèvrefeuille, la camomille, la lavande, la rose, le lilas et toute autre fleur comestible à portée de main_______.»

Vous vous êtes également rendue en Australie pour diriger un atelier sur le contenu de la création à partir de nourriture et de fleurs…

Beth : «Oui. J’ai fait équipe avec Rebekka Seale de Camellia Fiber Co. et la photographe Luisa Brimble pour enseigner en Australie en septembre 2014. Vivre slow, Un atelier pratique : Créer du contenu par la nourriture, les fleurs, la photographie et les tissus avait pour but à la fois d’enrichir les étudiants en leur communiquant des aptitudes pratiques telles que la teinture naturelle à base de fleurs et la cuisine et de renforcer les aptitudes des photographes et stylistes en donnant les informations requises pour créer et exposer ses créations. Le premier jour, nous avons assisté les étudiants dans le processus de teinture naturelle des tissus à partir de plantes fourragères et de fleurs.»

Quel est votre plus joyeux souvenir de fleurs ?

Beth : «En 2014, j’ai tressé une couronne de fleurs à partir de végétaux locaux en hommage à Estival Mother, une petite méditation sur ma gratitude envers la nature et toutes les fleurs sauvages. Je ne dispose pas de longues heures pour tresser, alanguie, des couronnes de pâquerettes. Je pense que ça vaut pour tout le monde. Mais, en réalité on a toujours le choix, et c’est par un bel après-midi que j’ai décidé d’envoyer valser la lessive et de passer un peu plus de temps à ces ravissantes fleurs pleines de poésie aux tiges fragiles et branlantes. Je me suis mis à les tresser avec un peu de fil de fleuriste et quelques minutes plus tard, j’avais réalisé une couronne. C’était en fait incroyablement gratifiant ! J’ai travaillé le reste de la journée comme une fée maniaque avec ma petite couronne sur la tête.»

De quelles fleurs votre bouquet de mariée était-il composé ?

Beth : «De superbes fleurs… Nous nous sommes mariés dans la plus grande intimité en Islande, juste nous deux, et j’ai cueilli mon propre bouquet de coton et de fleurs sauvages au bord de la route.»

Pouvez-vous nous donner plus de détails sur votre style«Appalachian wabi-sabi» ?

Beth : «Ligne, formes, couleurs et texture se rassemblent pour raconter une histoire et créer une ambiance et une humeur, qui serviront pour une recette, dans la maison, pour une collection de vêtements ou une nature morte. Le style que j’appelle «Appalachian wabi-sabi» est un minimalisme rustique qui équilibre le vintage et le moderne, l’ordre et le désordre. Je préfère travailler avec des tons neutres et muets et des textures de métal, de bois, de tissu, de béton, de marbre et de céramique. Faire la synthèse entre des esthétiques disparates pour en produire une entièrement nouvelle a toujours été mon objectif et, au lieu de rechercher la perfection, je m’oriente vers un look organique, naturel, utilisé.»

Que cherchez-vous à saisir dans vos photos ?

Beth : «Je cherche à saisir de brefs instants par des prises de vue prosaïques, réalisées à la lumière naturelle. Je m’inspire largement de la notion de découverte du familier dans l’étranger, en m’adaptant à tous les lieux où je vais et, inversement, à la notion de découverte de l’exotique dans la vie de tous les jours, de voyage même en restant à la maison. De la cuisine en passant par l’océan, de la géométrie aux ombres, j’essaie de saisir l’intimité, la beauté tranquille, l’aventure dans la simplicité.»

Vous aimez cuisiner. Avez-vous une fleur comestible préférée ?

Beth : «J’adore cuisiner avec le chèvrefeuille, la camomille, la lavande, la rose, le lilas et toute autre fleur comestible à portée de main. J’apprécie le fait qu’un soupçon de fleur peut, de manière totalement inattendue et poétique, créer un mets. Les fleurs ont toutes des propriétés médicinales et métaphysiques qui donnent plus de profondeur à tout ce que vous faites avec.»

Quelle est votre recette printanière préférée avec des fleurs ?

Beth : «Il m’est arrivé une fois de partager sur mon blog une recette d’un délicieux panna cotta à la camomille. Ce panna cotta crémeux, parfumé à la camomille, a une consistance parfaite et c'est le dessert idéal pour accueillir le printemps. Assez facile à préparer un soir en semaine, il peut être préparé à l’avance et servi avec des miettes de biscuit sablé (voir la recette ci-dessous) et quelques herbes aromatiques fraîches. Un dessert spécial digne de vos invités.»

Vous parlez à la fois de faire votre nid et de voyager. Pouvez-vous nous en dire un peu plus à ce sujet ?

Beth : «Tout ce que je fais est inspiré par l’idée de faire son nid partout où vous allez et de toujours voyager, même en restant à la maison. Mon travail tourne autour de la cuisine saisonnière, des bouquets naturels, des simples rencontres, des ateliers avec des amis et créateurs, et à la fois une vie tranquille au Tennessee et mes voyages et promenades. Pour moi, manger local fait partie du tableau d’ensemble plus vaste d’une vie réfléchie, d’une présence affirmée. La nourriture et la vie slow permettent de voir les choses sous des angles différents et de manière plus intense : on sent plus la terre et le sel dans les tomates, il y a plus d’éclat et de parfum dans les fleurs et les journées sont plus terre à terre et donc moins volatiles.»

De quelles fleurs votre bouquet de mariée était-il composé ?

Beth : «De superbes fleurs… Nous nous sommes mariés dans la plus grande intimité en Islande, juste nous deux, et j’ai cueilli mon propre bouquet de coton et de fleurs sauvages au bord de la route.»

Pouvez-vous nous donner plus de détails sur votre style«Appalachian wabi-sabi» ?

Beth : «Ligne, formes, couleurs et texture se rassemblent pour raconter une histoire et créer une ambiance et une humeur, qui serviront pour une recette, dans la maison, pour une collection de vêtements ou une nature morte. Le style que j’appelle «Appalachian wabi-sabi» est un minimalisme rustique qui équilibre le vintage et le moderne, l’ordre et le désordre. Je préfère travailler avec des tons neutres et muets et des textures de métal, de bois, de tissu, de béton, de marbre et de céramique. Faire la synthèse entre des esthétiques disparates pour en produire une entièrement nouvelle a toujours été mon objectif et, au lieu de rechercher la perfection, je m’oriente vers un look organique, naturel, utilisé.»

Que cherchez-vous à saisir dans vos photos ?

Beth : «Je cherche à saisir de brefs instants par des prises de vue prosaïques, réalisées à la lumière naturelle. Je m’inspire largement de la notion de découverte du familier dans l’étranger, en m’adaptant à tous les lieux où je vais et, inversement, à la notion de découverte de l’exotique dans la vie de tous les jours, de voyage même en restant à la maison. De la cuisine en passant par l’océan, de la géométrie aux ombres, j’essaie de saisir l’intimité, la beauté tranquille, l’aventure dans la simplicité.»

Vous aimez cuisiner. Avez-vous une fleur comestible préférée ?

Beth : «J’adore cuisiner avec le chèvrefeuille, la camomille, la lavande, la rose, le lilas et toute autre fleur comestible à portée de main. J’apprécie le fait qu’un soupçon de fleur peut, de manière totalement inattendue et poétique, créer un mets. Les fleurs ont toutes des propriétés médicinales et métaphysiques qui donnent plus de profondeur à tout ce que vous faites avec.»

Quelle est votre recette printanière préférée avec des fleurs ?

Beth : «Il m’est arrivé une fois de partager sur mon blog une recette d’un délicieux panna cotta à la camomille. Ce panna cotta crémeux, parfumé à la camomille, a une consistance parfaite et c'est le dessert idéal pour accueillir le printemps. Assez facile à préparer un soir en semaine, il peut être préparé à l’avance et servi avec des miettes de biscuit sablé (voir la recette ci-dessous) et quelques herbes aromatiques fraîches. Un dessert spécial digne de vos invités.»

Vous parlez à la fois de faire votre nid et de voyager. Pouvez-vous nous en dire un peu plus à ce sujet ?

Beth : «Tout ce que je fais est inspiré par l’idée de faire son nid partout où vous allez et de toujours voyager, même en restant à la maison. Mon travail tourne autour de la cuisine saisonnière, des bouquets naturels, des simples rencontres, des ateliers avec des amis et créateurs, et à la fois une vie tranquille au Tennessee et mes voyages et promenades. Pour moi, manger local fait partie du tableau d’ensemble plus vaste d’une vie réfléchie, d’une présence affirmée. La nourriture et la vie slow permettent de voir les choses sous des angles différents et de manière plus intense : on sent plus la terre et le sel dans les tomates, il y a plus d’éclat et de parfum dans les fleurs et les journées sont plus terre à terre et donc moins volatiles.»

Que faites-vous avec les fleurs que vous trouvez lors de ces voyages ?

Beth : « J’aime utiliser les fleurs glanées pour décorer des cadeaux. J’ai partagé un guide de DIY sur mon blog Local Milk sur la façon de confectionner de beaux emballages rustiques à partir de fleurs, de verdure, de fleurs séchées ou de baies. J’ai fait usage de vieilles pages d’un calendrier sur la nature, de papier noir mat et de tissu de lin (toujours mon favori) avec de la ficelle, du fil et du ruban. Pour compléter le tout, j’ai créé ces décorations de cadeau avec juste de la mousse à piquer des fleurs, un couteau et des petits restes . »

Quelle est votre philosophie ?

Beth : « Ma philosophie consiste à penser que regarder la vie de tous les jours comme de l’art jusque dans ses moindres détails permet de profiter davantage de la vie. Tel est le but de mon travail : que ce soit en faisant une tarte, en écrivant de la prose, en prenant des photos artistiques ou juste à table en arrangeant des fleurs glanées, en organisant une réunion, conduisant un atelier ou préparant le dîner. Je m’efforce d’apprécier chaque senteur, chaque texture, chaque saison, chaque saveur. Je veux aimer mon sucrier et ma pâte à dentifrice, ce que j’apprends des conflits et d’une meringue qui coule. La beauté est parfois très laide et la laideur très belle_______.

Une sélection de Beth Kirby's chronologie, @local_milk