#12 Green SanctuaryPortfolio

01 Joséphine de Beauharnais

Sanctuaire
de verdure

02 Joséphine de Beauharnais

Après avoir échappé à la guillotine, Madame Napoléon ne vivait plus que pour une seule chose : la création d’un paradis de verdure pour les sens, débordant de couleurs et de délicieux parfums. Laissez-vous entraîner par sa passion obsessionnelle des plantes et sa quête interminable de nouvelles plantes – même en terrain ennemi_______.

03 Joséphine de Beauharnais
04 Joséphine de Beauharnais

Nous connaissons Joséphine de Beauharnais en tant qu’impératrice de France et épouse de Napoléon mais elle était surtout la femme qui transforma les jardins du château impérial de Malmaison près de Paris en paradis botanique.

05 Joséphine de Beauharnais

À Malmaison, coulaient ruisseaux et fontaines et poussaient de nombreuses plantes exotiques entre lesquelles évoluaient gazelles d’Afrique, singes, lamas et autruches. Un rêve d'exotisme devenu réalité.

06 Joséphine de Beauharnais
07 Joséphine de Beauharnais

Joséphine entretenait des contacts chaleureux avec divers explorateurs tels que Nicolas Baudin et Alexander von Humboldt et, avec son charme, leurs faisait réaliser ses rêves botaniques.

« LORSQUE J’ÉTUDIE LES COULEURS DES CACTUS, JE ME SENS PLUS HEUREUSE QU’ENTOURÉE DES FASTES ET DE L’OPULENCE DE NOTRE PALAIS________.”
08 Joséphine de Beauharnais
09 Joséphine de Beauharnais
10 Joséphine de Beauharnais

Elle recréa dans une immense serre la végétation luxuriante des antilles de sa jeunesse. Avec des parfums enivrants et des couleurs irrésistibles.

Plantes

Bégonia, Dieffenbachia, Strelizia, Haworthia, Echinocactus.

C’est en 1799, alors que Napoléon était depuis des mois parti pour l’Égypte, que son épouse Joséphine acheta le Château de Malmaison. Avant même de signer le contrat d’achat, elle imaginait de superbes jardins fleuris exotiques peuplés d’animaux et une grande serre pleine de fruits tropicaux. Elle allait y construire sa Martinique - son empire. Autour de cet imposant domaine du XVIIe siècle des environs de Paris, elle créa avec le jardinier Louis-Martin Berthault un parc impressionnant et ensorceleur dont la beauté extravagante lui valut le surnom d’impératrice des roses. L’exigeante impératrice avait des idées bien arrêtées sur la réalisation de ses rêves et surveillait de très près la construction de ce parc luxuriant. Cela devait être anglais, mais avec un accent de romantisme sensuel. Et bien entendu une bonne dose d’extravagance. À Malmaison, coulaient ruisseaux et fontaines et poussaient de nombreuses plantes exotiques entre lesquelles évoluaient gazelles d’Afrique, singes, lamas et autruches. Comme un rêve exotique devenu réalité.

L’AMOUR DE JOSÉPHINE POUR LES PLANTES ET SON DÉSIR DE CRÉER SON PROPRE SANCTUAIRE DE VERDURE TROUVENT LEUR ORIGINE DANS LA NOSTALGIE DE SA JEUNESSE_______.

Chasse aux plantes

Joséphine avait une passion pour sa collection de plantes et ne laissait personne, dans ce domaine, se mettre en travers de sa route. Le fait que la France soit en guerreavec le reste de l’Europe, lorsque Joséphine était à la recherche de ses plantes, ne l’empêchait pas de poursuivre ses rêves. Les botanistes qui accompagnaient Napoléon dans ses expéditions envoyaient des centaines de graines à Paris. Diplomates et officiers avaient l’ordre de prélever des plantes et boutures dans les zones conquises et de les envoyer aux jardins de Malmaison. Et les navires qui transportaient des exemplaires destinés à Joséphine étaient les seuls à bénéficier d’un passage libre en zone de guerre maritime. C’est ainsi qu’entre 1803 et 1814, des centaines de variétés de plantes furent introduites en Europe. Et Joséphine était la première à les planter.

Floraison éternelle

Sa fleur préférée était la rose. Les variantes grimpantes à croissance rapide pour les haies et arceaux de roses faisaient juste leurs débuts et s’inscrivaient parfaitement dans le décor que Joséphine avait en tête. Étant donné que les plus de cinquante variétés que connaissait l’Europe ne fleurissaient qu’une fois par an, l’impératrice cherchait dans le monde entier des exemplaires capables de la charmer plus longtemps. Des voyageurs de Chine lui apportèrent l’heureuse nouvelle de l’existence de roses qui fleurissent toute l’année. Elle ne ménagea aucun effort pour importer des dizaines de variétés exotiques, les planter et les cultiver dans le parc et les serres du château. Malmaison devint ainsi un jardin botanique de grande renommée. Sa collection de roses prit des proportions extraordinaires. C’est à ce succès que l’on doit la célèbre phrase de l’empereur : « Je gagne des batailles, Joséphine gagne des cœurs. »

Sanctuaire de verdure

L’amour de Joséphine pour les plantes et son désir de créer son propre sanctuaire de verdure trouvent leur origine dans la nostalgie de sa jeunesse. Elle quitta sa terre natale à l’âge de quinze ans et la chaleur et l’exubérance des tropiques lui manquèrent beaucoup. Elle fit donc construire à Malmaison une gigantesque serre de presque mille mètres carrés. Ce sanctuaire de verdure pouvait abriter des plantes jusqu’à cinq mètre de hauteur. Elle recréa ainsi la végétation luxuriante des antilles de sa jeunesse. Avec des parfums enivrants, des couleurs irrésistibles et une atmosphère chaude et humide. Plus de trois cents plantes originaires des régions de mers du Sud poussaient pour la première fois sur le sol européen. Comme les pivoines, le magnolia et le mimosa. On dit même, mais c'est une fable, que l’hortensia serait baptisé du nom de sa fille.

Célèbre roseraie

Lorsque Napoléon, pour des raisons politiques, divorça de Joséphine en 1809, il lui offrit la Malmaison. Elle reçut une pension annuelle de 5 millions de francs et avait ainsi suffisamment de ressources financières pour poursuivre l’entretien de son jardin. Le peintre de la cour Pierre-Joseph Redouté immortalisa à sa demande, comme avait l’habitude de le faire les têtes couronnées à l’époque, des parties de sa collection de fleurs et de plantes dans des livres exclusifs richement illustrés (florilèges). Ces dessins sont encore connus dans le monde entier. Le dernier inventaire d’une célèbre collection de plantes qui n’a pu voir le jour que grâce à la passion pour la botanique de Joséphine de Beauharnais, l’impératrice des roses_______.

Text
Rosanne Loffeld

Illustration
1. Joséphine de Beauharnais (23 June 1763 - 29 Mai 1814), 1801, de François Gérard (Musé de Hermitage), 2. Craig Cramer, 4. Henri-François Riesener, 5. Minh T. , 6. Pierre-Paul Prud'hon, 7. Hortense Bonaparte (1815) de Fleury-François Richard, 3. et 8. Satoshi Kawamoto @greenfingersmilano, 9. Ron Taylor Studio, 10. et 11. Portraits de Joséphine (1763-1814), de Appiani Andrea (1754-1817), canvas (1797).