#10 FloraPortfolio

01 Matisse

  Magnifique
Matisse, nature
 de dessins

Pensez à Matisse et vous verrez une richesse époustouflante de dessins et de couleurs. Son amour pour les fleurs et les plantes trahit son désir de symbiose surréaliste positive. Un monde de rêve parfait où vous pouvez vous perdre. « Il y a toujours des fleurs pour qui veut les voir_______. »

02 Matisse
04 Matisse
03 Matisse
05 Matisse

Henri Matisse

Henri Matisse (1869 – 1954) est un artiste peintre, coloriste et sculpteur français. Il est considéré comme le père du fauvisme ; un style aux couleurs vives, contrastantes, joyeuses et très contemporaines, associées au hasard et sans aucune transition, où la violence des confrontations n’est en rien atténuée, et où les lois de la perspective ne sont aucunement prises en compte.

05 Matisse
06 Matisse
07 Matisse
08 Matisse
« IL Y A TOUJOURS DES FLEURS POUR QUI VEUT LES VOIR_______. »
09 Matisse
10 Matisse
11 Matisse
12 Matisse
« J’AI TOUJOURS ESSAYÉ DE DONNER À MON TRAVAIL CETTE GAIETÉ LÉGÈRE DU PRINTEMPS_______. »
12 Matisse
13 Matisse
14 Matisse
15 Matisse

Sélection de fleurs

Les calendulas, mufliers, buplèvres, gerberas et autres fleurs envahissent ses œuvres. Les fleurs étaient autant son sujet que son incitation à la peinture.

Texte
Rosanne Loffeld

Le maître des couleurs, Henri Matisse (1869 – 1954), fut beaucoup critiqué de son vivant. Les œuvres considérées aujourd’hui comme de précieuses sources d’inspiration recevaient alors des critiques destructrices. « Un barbare à qui on a eu le malheur de donner de la peinture, un enfant que l’on a laissé barbouiller n’importe quoi avec une palette de couleurs. » Ou encore : « Ma petite sœur pourrait en faire autant... »

Quel contraste avec notre époque, où les enseignements de Matisse sont peut-être à la base du plus important style de mode de vie. Le directeur artistique de Gucci, Alessandro Michele, se laisse clairement inspirer par Matisse. Pour le lancement de la nouvelle gamme Gucci Home Decor, il a mis en place une grande campagne dans le style de Matisse. Illustré par le jeune talent Alex Merry qui fait appel à la même richesse florale sans ses dessins et son explosion de couleurs.

Symbiose florale

Nous ressentons le besoin de nous perdre dans la symbiose surréaliste et positive de Matisse. Son œil spécial pour les fleurs, pour la texture des matériaux et les dessins et couleurs font de son œuvre une inspiration inoubliable. Avec toujours des fleurs fraîches sur la table, dans les vases décorés les plus fantaisistes qui soient. Un monde de rêve que l’on voudrait déposer sur la réalité tel un filtre Instagram.

Matisse a commencé sa carrière avec la boîte de couleurs de sa mère, immobilisé par une crise d’appendicite. Matisse troqua ensuite ses études de droit – au grand dam de ses parents – pour une formation à l’Académie des Beaux-Arts à Paris. Son collègue Cézanne joua un rôle important dans le penchant de Matisse pour l’art décoratif. « Un grand artiste est en mesure d’utiliser ses propres idées sans tomber dans le piège fatal des styles dominants. » C’est ainsi que Matisse parlait de l’interprétation de la décoration par Cézanne.

Éclosion de fleurs

Dans Le châle de Manille (1911), où les fleurs soulignent la poitrine et le pubis de la femme, cette décoration adopte une nuance sexuelle explicite. Sur d’autres toiles, les motifs de fleurs représentent un sentiment plus général de vitalité florale de la femme. Sur des photos prises durant la création de la Blouse roumaine, la manière qu'à Matisse de traduire les métaphores en peinture est très visible. À un moment donné, il peint à gauche de la femme, qui porte une blouse sans décoration, des formes florales décoratives sur le mur du fond. La toile évoluant, ces fleurs retournent du mur sur la blouse. Enfin, il adapte les formes au corps de la femme de telle sorte qu’elle donne elle-même l’impression d’être une fleur.

Légèreté du printemps

 « Rien n'est plus difficile pour un artiste que de peindre une rose car, avant de commencer, il doit d’abord oublier toutes les roses qui, jusqu’à ce jour, ont été peintes. » Matisse veut à la fois transformer la fleur et la décoration florale intense en méditation abstraite et accéder à une dimension supérieure dans l’espace et le temps. On peut voir à ses dessins qu’il pouvait coucher sur le papier un portrait d’un seul trait de crayon, sans lever la main. Le crayon prenait apparemment le contrôle de la main de l’artiste. En réalité, il travaillait sans relâche jusqu’à ce qu’il atteigne « l’art de l’équilibre, de la pureté et de la sérénité » dont il rêvait. « J’ai toujours essayé de cacher mes efforts et de donner à mon travail la gaieté légère du printemps. Les dessins sont la traduction la plus pure et la plus directe de mes émotions_______. »

Texte
Rosanne Loffeld